mercredi 13 décembre 2017

La méditation de Yuan Meng


dans Le Canard enchaîné, le 13 / 12 / 2017


Une semaine sans Johnny. Comment est-ce possible ?

Qu’en pense Yuan Meng, le bébé Panda dont Brigitte Macron est la marraine ? Ses oreilles se portent mieux, mais pourra-t-il aller se recueillir sur sa tombe à Saint-Barth ? C’est pas gagné. Le monde est injuste.

Le dessin ci-dessus résume une semaine un peu folle. Jean d’Ormesson, je n’étais pas fan, c’est le moins qu’on puisse dire. Quand il était programmé à « La Grande librairie », je changeais de chaîne. Je n’aime pas sa suffisance, je n’aime pas les gens de droite. Sans doute est-ce un bon écrivain, mais il y en a tellement d’autres…

Avec Johnny, me direz-vous, côté « droite », j’ai été servi. N’empêche. Depuis mon adolescence, je l’ai dans l’oreille, que je le veuille ou non. Alors, je me suis habitué, je me suis rendu compte que certaines chansons me plaisent.

L’homme ? Extravagant, démesuré, insupportable souvent. Exilé fiscal, aussi, je ne l’oublie pas. Mais qui n’utilise jamais Google, Apple, Amazon, Airbnb et consorts, me fait remarquer Yuan Meng, avec toute la candeur de l’extrême jeunesse ? Sont pas étouffés par les impôts, les « Gafa » et compagnie, eux non plus…

Jean d’Ormesson, Johnny, d’accord. Et le solex, alors ? Qu’est-ce qu’il vient faire là au milieu ? Ben disons que, au lendemain du « One Planet Summit », le pince-fesses organisé par Macron sur le réchauffement climatique à Paris, j’aurais apprécié que tout ce beau monde se déplace en Solex. L’idée de 700 solex sur les Champs Élysées, samedi dernier, me plaît.

Bien sûr, les écologistes les plus puristes me diront que c’est le vélo qui doit envahir les rues. Mais j’ai l’âge de mes artères, et un petit moteur sur la roue avant, ça peut aider…

Yuan Meng, en position du lotus, en pleine conscience, médite. Brigitte Macron, à côté de lui, ne peut s’empêcher de ronchonner.

« Quand même, Chouchou en Solex, tu exagères ! »








mardi 12 décembre 2017

Livre : "Autour de ton cou" - Chimamanda Ngozi Adichie



Douze nouvelles pour s’imprégner du Nigeria. Elles n’ont pas la force des romans de Chimamanda Ngozi Adichie, mais on retrouve tous les ingrédients des autres livres : l’Amérique, l’Afrique. La tradition, la modernité. Les massacres qui ont hanté l’histoire du Nigéria. La condition des femmes, l’éducation.

Je tenais à lire ces nouvelles, pour avoir fait le tour des écrits de cet écrivain. Merci à elle pour ces belles lignes, pas toujours réjouissantes.

Mais pas larmoyantes non plus. La plume est sincère, et le lecteur côtoie une Afrique dont on parle peu dans les grands medias. Bravo.





vendredi 8 décembre 2017

Livre : "Extension du domaine de la lutte" - Michel Houellebecq



J’avais jamais lu Houellebecq. Je suis tombé sur ce bouquin dans les rayonnages de la bibliothèque de Villeurbanne.

Voilà, c’est fait. J’ai lu. Dépression et désespoir sont dans un bateau… Je suis pas tombé dans l’eau, mais pas loin. Pas de quoi fouetter un chat. Je déprime, tu es désespéré, donc Houellebecq est.

Peut-être essayerai-je un autre titre. Peut-être. C’est devenu un livre culte, ai-je lu dans Wikipédia. Il faut se méfier de Wikipédia, de Houellebecq.  

Faut-il se méfier de tout ? J’espère que non.



Á propos de culte, j’écris ces quelques lignes le 6 décembre, le jour de la mort de Johnny.


Trop tard pour la rançon…